Soumettre un projet

Témoignage - Stéphane Diagana

Retour aux autres témoignages

Des envies fortes à accompagner

Janvier 2017

Retiré des pistes depuis 2004, Stéphane Diagana a puisé, dans la promotion du sport et de l’activité physique comme vecteurs de santé, la sève de son engagement professionnel et bénévole. C’est à ce titre que le champion du monde 1997 du 400m haies a accepté d’intégrer le conseil d’administration du Fonds Autosphère.

Stéphane, est-il dans vos habitudes de donner votre accord à des fonds de dotation d’entreprises ?

« Par le passé, j’ai été régulièrement sollicité, mais le projet de le Fonds Autosphère est seulement le deuxième auquel j’accepte d’adhérer, après avoir été, pendant quelques années, administrateur de la Fondation GDF-Suez. Lorsqu’on place, au cœur de ses priorités, l’enfant, l’adolescent et le développement de leur bien-être, on ne peut que me séduire. »

Quelle est votre vision du sport comme moteur d’épanouissement ?

« C’est une thématique qui m’est chère, puisqu’elle est l’essence-même de mon engagement. Tous les jeunes n’ont pas une perception identique de ce qu’ils sont et de ce qu’ils peuvent faire. Chaque rencontre est de fait unique, mais le message vaut pour tous. L’idée que je m’efforce de transmettre est que le sport est un formidable catalyseur d’énergie. J’essaie de les convaincre d’éviter la facilité. Seule la difficulté vous transforme. »

Repousser ses limites aide donc à grandir ?

« Je crois que c’est encore plus vrai dans le monde qui nous entoure. Les enfants et ados d’aujourd’hui évoluent dans un univers trop souvent vicié par le paraître et le virtuel, mais aussi par la violence et l’argent facile. Le sport, quel que soit son niveau de pratique, est un moyen de s’élever, socialement et humainement, d’apprendre, sur soi-même et sur les autres, de se sublimer. Moi-même, je m’ennuie dans le confort. J’aime me retrouver sur le gril. Et pourtant, je n’ai pas les mêmes conditions de vie que bien des gamins. Aller de l’avant, voir ce qu’il y a derrière le miroir, voilà ce qui fait grandir ! »

Vous étiez consultant pour France Télévisions lors de la retransmission des Jeux olympiques et paralympiques de Rio ? Les jeunes que vous rencontrez vous parlent-ils souvent des images qu’ils ont vues ?

« Je crois que les cent heures de diffusion des Jeux paralympiques en ont marqué plus d’un. Les plus observateurs m’ont dit s’être rendu compte que le sport dépassait les barrières du handicap. J’ajouterai qu’à un même degré de souffrance et d’excellence, il n’y a plus de différences de couleur, de pratique sexuelle ou de niveau social. Le sport, c’est la première marche vers le mieux-vivre ensemble. »

En tant que membre du conseil d’administration du Fonds Autosphère, vous allez participer à la sélection des projets présentés. A quoi vous montrerez-vous le plus vigilant ?

« En toute sincérité, j’espère que nous aurons l’occasion d’échanger avec les porteurs de projet car, pour moi, c’est la volonté animant les équipes qui prime sur toute autre considération. J’attends de cette réflexion qu’elle permette à Autosphère d’accompagner des envies fortes. Je ne doute pas qu’elles seront nombreuses. »

Stéphane Diagana
Expert Sport Santé

Fonds Autosphere

Suivez-nous !